Vacciner et dépister

Dernière mise à jour : 21 décembre 2022

Vaccination et dépistage — Campagne de masse

L’arrêté ministériel 2022-029, qui permettait à certains professionnels et à d’autres personnes d’exercer certaines activités professionnelles dans le cadre de la pandémie, prendra fin le 31 décembre 2022.

Dans un souci de se prévaloir d’une meilleure agilité face à des situations où un déploiement massif d’actions est anticipé pour protéger la santé de la population, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a sollicité l’OIIQ pour rédiger un règlement d’autorisation en ce sens.

Ainsi, le Règlement sur certaines activités professionnelles en matière de vaccination et de dépistage qui peuvent être exercées par des personnes autres que des infirmières et des infirmiers, visant les campagnes de masse, a été publié dans la Gazette officielle du Québec le 14 décembre et entrera en vigueur le 1er janvier 2023.

Ce Règlement permet aux inhalothérapeutes et aux externes en inhalothérapie d’effectuer sans ordonnance les activités suivantes :

👉 Administrer un vaccin dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique;
👉 Mélanger des substances en vue de compléter la préparation d’un vaccin;
👉 Effectuer un prélèvement nasopharyngé ou oropharyngé à des fins de dépistage dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique.

À compter du 1er janvier 2023, ce sera donc le Règlement qui s’appliquera pour la vaccination et le dépistage dans le cadre de campagne de masse, ce qui signifie qu’il y aura des changements quant aux personnes visées et aux conditions de réalisation des activités.

Étant donné le grand nombre de professionnels et de personnes pouvant être impliqués lors de ces activités, l’OIIQ a produit un outil synthèse pour mieux s’y retrouver.

Par conséquent, seules les personnes inscrites au Tableau de l’Ordre ou au registre de l’externat peuvent continuer à exercer ces activités.

Inhalothérapeutes vaccinateurs et vaccinatrices

Par ses interventions quotidiennes auprès des personnes atteintes de maladies cardiorespiratoires chroniques, l’inhalothérapeute joue un rôle crucial dans l’immunisation ou la sensibilisation de cette clientèle à l’importance et à l’efficacité de la vaccination.

Les inhalothérapeutes sont des vaccinateurs autorisés à effectuer toutes les étapes de vaccination lorsque celle-ci est en lien avec leur champ d’exercice (p.  ex. : influenza, pneumocoque et COVID-19) soit :

      1. L’évaluation de la condition de santé du patient prévaccination;
      2. Le mélange des substances en vue de compléter la préparation d’un vaccin, selon une ordonnance;
      3. L’administration du produit immunisant, selon une ordonnance;
      4. La surveillance postvaccination;
      5. L’administration d’adrénaline (épinéphrine), selon une ordonnance.

Rôle et responsabilités 

Rappel : par personne vaccinatrice, on entend l’inhalothérapeute, l’infirmière ou l’infirmier, le(la) médecin, le(la) pharmacien(ne) et la(le) sagefemme(sagehomme). Toutes les autres personnes impliquées dans la vaccination ne sont pas considérées comme vaccinatrices au sens du PIQ.

👉 L’inhalothérapeute vaccinateur : qui, quoi, comment et pourquoi (revue l’inhalo,  vol. 37, no 2, pages 26 et 27)

👉 Modèle d’ordonnance collective pour la vaccination hors contexte de masse

Protocole d’immunisation du Québec (PIQ)

La vaccination contre l’influenza  et la COVID-19 doit s’effectuer conformément au Protocole d’immunisation du Québec (PIQ), qui constitue la norme de pratique professionnelle pour toutes les personnes vaccinatrices. Ce protocole prévaut sur tout autre document en matière de vaccination.

Chaque personne vaccinatrice doit s’inscrire à l’infolettre, en s’assurant de donner une adresse courriel valide, afin d’être informée en temps opportun des changements apportés au PIQ et d’exercer conformément aux normes actuellement en vigueur.

Note : l’impression du PIQ n’est pas recommandée, car les versions papier pourraient rapidement devenir obsolètes et engendrer des erreurs professionnelles.

Registre de vaccination du Québec

Toutes les vaccinations administrées au Québec doivent être saisies dans le Registre de vaccination du Québec. Il en est de même de l’historique de vaccination d’une personne, lorsque les renseignements de vaccination sont portés à la connaissance d’un(e) professionnel(le) de la santé en mesure de valider l’information (p. ex. carnet de vaccination).

L’inhalothérapeute vaccinateur ou vaccinatrice qui a évalué l’état de santé d’une personne est réputé(e) être la personne vaccinatrice de cette personne au registre de vaccination du Québec. À des fins de traçabilité, il est recommandé de mentionner au registre le nom de la personne ayant administré le vaccin s’il est différent du nom de la personne vaccinatrice.

Pour accéder au Registre de vaccination du Québec, l’inhalothérapeute doit détenir un dispositif SécurSanté, communément appelé « Clé DSQ ».

      1. Obtenir un dispositif SecurSanté
      2. S’inscrire à la formation Immunisation — Registre de vaccination du Québec — Interface Web (accessible sur l’Environnement numérique d’apprentissage [ENA])
      3. Utiliser l’adresse Web (URL) pour vous connecter au Registre de vaccination, avec le dispositif SécurSanté. L’adresse Web se trouve dans le Guide de saisie de la formation.

Note : le registre de vaccination du Québec n’est pas accessible par le DSQ. Le dispositif SécurSanté est plutôt un moyen utilisé pour authentifier les personnes autorisées à y accéder.

Connaissances et compétences

Les vaccinateurs et vaccinatrices ont la responsabilité de maintenir leurs connaissances et leurs compétences à jour pour tout produit immunisant qu’ils ont à gérer ou à administrer.

L’établissement de santé et de services sociaux doit s’assurer que toutes les personnes vaccinatrices ont reçu la formation déterminée pour leur catégorie et reconnue par le ministre de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Note : d’autres formations du MSSS sont aussi accessibles à partir de Vaccination — Outils et formation

Communication efficace 

La réticence ou le refus de se faire vacciner — malgré la disponibilité des vaccins — menace d’inverser les progrès réalisés dans la lutte contre les maladies évitables par la vaccination (MEV). Parmi les arguments contre la vaccination, soulignons le manque de confiance envers les vaccins. À cet égard, les inhalothérapeutes peuvent assurément aider à rétablir cette confiance en communiquant efficacement de l’information véridique et factuelle à leurs proches et aux patients et patientes.

Besoin d’améliorer votre communication en vaccination?