Hygiène du sommeil

Dernière mise à jour : 6 juin 2017

4.Sommeil_616X140_V3

QuoiFaire
Considérant que l’adoption et le maintien d’une bonne hygiène du sommeil figurent parmi les stratégies non pharmacologiques — au même titre que l’abandon du tabagisme —, dans la prise en charge optimale de nombreuses maladies, comme l’apnée obstructive du sommeil (AOS) (OPIQ, 2015) ou autre trouble du sommeil,  il convient donc que les inhalothérapeutes discutent des habitudes du sommeil avec les patients et leurs proches.

 

CommentFaireA
L’intervention minimale (< 3  minutes) est à la portée de tous les inhalothérapeutes cliniciens.

À titre d’exemple, non limitatif et modulable selon le contexte et la clientèle.

  1. S’informer au sujet des habitudes de vie liées au sommeil;
  2. Conseiller l’adoption de comportements favorisant un sommeil de qualité (voir encadré ci-dessous);
  3. Selon le cas :
    • Informer des services offerts ou orienter vers une ressource spécialisée
    • Discuter des bienfaits;
  4. Selon le cas :
    • Assurer le suivi
    • Valoriser la persévérance le cas échéant;
  5. Consigner au dossier du patient.

► À venir : consultez un exemple d’intervention.

Le saviez-vous?
 

Des mesures — éprouvées par la recherche clinique — peuvent être encouragées afin de favoriser un sommeil et une meilleure qualité de vie sur une base régulière.

Suivez ce lien pour connaître ces mesures :

Guide de pratique clinique : Troubles respiratoires du sommeil, fascicule III : Options thérapeutiques, co-interventions et hygiène du sommeil (OPIQ, 2015).

3. Hygiène du sommeil : comportement favorisant une bonne hygiène du sommeil pour l’adulte, l’adolescent, l’enfant et le jeune enfant.

RESSOURCES UTILES

 

PourquoiFaire
Voyons les faits!

L’hygiène du sommeil se définit par un ensemble de mesures comportementales visant l’amélioration ou le maintien d’une bonne qualité de sommeil (OPIQ, 2015).

Le manque de sommeil est l’un des facteurs de risque de somnolence au volant (OPIQ, 2015). De même, il est de plus en plus associé, entre autre, à un risque accru diabète de type 2, d’obésité et de syndrome métabolique (FMOQ, 2015). À l’opposé, une bonne hygiène peut avoir des effets positifs sur le sommeil comme sur le fonctionnement diurne.

Un trouble du sommeil non diagnostiqué ou non traité constitue un facteur de risque qui influence la fatigue au volant (SAAQ, s. d.).

Parlons-en!

  • À venir : voyez ce qu’ont répondu les inhalothérapeutes cliniciens à propos de leurs habitudes d’intervention (minimale ou brève) en saines habitudes de sommeil (résultat sondage, OPIQ, 2016).

 

Pour en savoir plus sur l’utilisation des signatures visuelles du programme cliquez ici